Nos recents ouvrages

Contactez-nous pour vos commandes

LASDEL. BP : 12901 Niamey - NIGER

Email : lasdel@lasdel.net

Tél : (00227) 20 72 37 80

N°41 « La corruption dans les transports et la douane au Bénin, au Niger et au Sénégal », par N. Bako Arifari (2005)

[featured_image]
Télécharger
Download is available until [expire_date]
  • Version
  • Télécharger 9
  • Taille du fichier 250.14 KB
  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 16/06/2022
  • Dernière mise à jour 16/06/2022

N°41 « La corruption dans les transports et la douane au Bénin, au Niger et au Sénégal », par N. Bako Arifari (2005)

En Afrique de l’Ouest, la douane, la gendarmerie et la police apparaissent toutes comme les sites de la corruption institutionnalisée, banalisée et à grande visibilité (« corruption à ciel ouvert »), dont une des manifestations est la généralisation du rançonnement sur les routes. Par ailleurs, en termes de volume de ressources financières en jeu, la douane arrive en tête, loin devant les marchés publics et les services des impôts. Une enquête récente menée au Bénin sur la chaîne de transport montre que la douane est désignée par 70 % des enquêtés comme le corps où le niveau de corruption est le plus élevé (cf. Lalèyè 2001). Au Niger et au Sénégal, le douanier est perçu comme étant, après la mort, un candidat tout désigné pour l’enfer, tant il symbolise la corruption. Presque toutes les prestations de ces services publics sont plus ou moins privatisées. Cette privatisation interstitielle de l’Etat consiste en l’implication, par les agents des douanes et de la force publique, d’une série d’acteurs saprophytes et d’agents supplétifs « informels » à travers des relations d’alliance segmentaire qui concourent à une certaine pérennisation de la corruption.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *