Nos recents ouvrages

Contactez-nous pour vos commandes

LASDEL. BP : 12901 Niamey - NIGER

Email : lasdel@lasdel.net

Tél : (00227) 20 72 37 80 BP: 12.901

N° 78 « Les pouvoirs locaux à Kohan (commune de Say) (3) » par N. Issaley (2009)

[featured_image]
Télécharger
Download is available until [expire_date]
  • Version
  • Télécharger 4
  • Taille du fichier 330.29 KB
  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 16/06/2022
  • Dernière mise à jour 16/06/2022

N° 78 « Les pouvoirs locaux à Kohan (commune de Say) (3) » par N. Issaley (2009)

Ce rapport étant le 3ième, il nous semble important de rappeler les axes autour desquels se sont développés les deux précédents. La première étude était une enquête de référence. De ce fait, elle a essentiellement porté sur la configuration de l’arène locale. L’histoire du peuplement révèle que l’arène de Kohan est sujette à des tiraillements autour d’une antériorité controversée, réactivée par la présence d’enjeux nouveaux. Une analyse détaillée du contexte socioculturel montre que Kohan est en quelque sorte un village "stigmatisé" par le fait qu’on lui attribue une spécificité de cerkow tarey (sorcellerie). Au niveau de la configuration des pouvoirs locaux, le pouvoir religieux, incarné par le cheikh, joue un rôle primordial dans l’arène locale. Des conflits à divers niveaux structurent cette arène. Il y a ceux qui sont liés à la chefferie du village, dans lesquels était impliqué le cheikh (lui-même membre de la famille chefferiale), qui a fait basculer la balance du côté du candidat qu’il soutenait. Il y a aussi des conflits champêtres, des conflits inter-villages autour de la gestion de la banque céréalière, de la gestion de la borne fontaine, etc. Ces conflits ont pour soubassement la volonté du village de Kohan Garantché de monopoliser les infrastructures collectives qui appartiennent à plusieurs villages. Très peu de projets sont intervenus à Kohan (Carpe Ada, PGRN, PDLT) et le plus important a été le PGRN, de par ses réalisations. Enfin, l’analyse a porté sur la place des femmes dans l’arène locale. Sur le plan politique, les femmes, bien que marginalisées, ne manquent pas de stratégies pour glaner les ressources des partis. Du côté de l’éducation, trois structures assurent la formation des filles et des femmes : l’école, les cours d’alphabétisation et l’école coranique dirigée par la femme du cheikh dont la biographie a été retracée.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *