Nos recents ouvrages

Contactez-nous pour vos commandes

LASDEL. BP : 12901 Niamey - NIGER

Email : lasdel@lasdel.net

Tél : (00227) 20 72 37 80

N° 56 « Les communes du canton de Birnin Lalle (2) » par A. Mohamadou (2006)

[featured_image]
Télécharger
Download is available until [expire_date]
  • Version
  • Télécharger 1
  • Taille du fichier 127.98 KB
  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 16/06/2022
  • Dernière mise à jour 16/06/2022

N° 56 « Les communes du canton de Birnin Lalle (2) » par A. Mohamadou (2006)

Dans le rapport de l’enquête de référence (2002), nous avons tenté de décrire la configuration politique du canton de Birnin Lallé, d’identifier les enjeux sociaux et économiques et les logiques qui fondent les dynamiques sociales observées. Le processus de décentralisation en cours apparaissait comme révélateur des luttes de positionnement entre les différents acteurs (chefferies, Etat local, groupes socio-linguistiques, leaders politiques locaux et ressortissants, etc.). Les chefs coutumiers et les députés ont joué un rôle important dans le découpage du canton avec comme enjeux majeurs le contrôle des territoires et des populations. Il faut dire que la mobilité de la population, aussi bien sédentaire que nomade, dans une zone fortement disputée par les agriculteurs et les éleveurs, a toujours été un problème pour les différentes chefferies. Les changements de tutelle administrative sont fréquents, ce qui provoque des tensions entre les chefs coutumiers. Le canton de Birnin Lallé a été subdivisé en 5 communes : la commune urbaine de Dakoro, centre administratif et commercial ; la commune rurale de Birnin Lallé, commune par excellence du canton ; la commune rurale de Korahane, convoitée par la chefferie de canton et le chef de groupement peul Serkin Rafi ; la commune rurale d’Azagor sous le contrôle des Touareg Kel Gress ; et la commune rurale de Roumbou 1 dont la création est l’œuvre d’un député ressortissant de ce village, qui voulait soustraire son secteur à l’influence de Birnin Lallé et d’Azagor. Roumbou 1 fait partie de ce qu’on appelle les « communes des députés » et réhabilite un lignage aristocratique touareg Kel Gress Toyamana dépendant autrefois du canton du Gobir Est, supprimé depuis. Ce découpage est le résultat des discussions et négociations entre le Haut-Commissariat à la Réforme Administrative et à la Décentralisation (HCRAD) et les chefferies locales d’une part, les arbitrages du gouvernement et de l’Assemblée Nationale, d’autre part. Il est diversement apprécié selon les acteurs. S’il satisfait toutes les chefferies, qui ont tiré leur épingle du jeu, il est contesté par les ressortissants de certains secteurs, qui se considèrent comme marginalisés, mais aussi par les « techniciens » qui jugent que la viabilité économique des futures communes n’est pas certaine. Cette étude a pour objectif de comprendre ce qui s’est passé de la veille des élections locales à la fin du premier exercice communal. Nous nous intéresserons au processus électoral et au fonctionnement des conseils communaux. La collecte des données a été réalisée à trois moments : (a) la période électorale de juillet 2004 ; (b) une fois les conseils communaux mis en place ; (c) à la fin du premier exercice communal.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *