Cette étude a été conduite en 1999 par une équipe de socio-anthropologie désormais intégrée au LASDEL. Cette équipe était composée de Souley Aboubacar, coordinateur ; Moussa Zangaou Hadiza, enquêtrice ; Tidjani Abdoulkadri, enquêteur ; Tidjani Alou Aboubacar, enquêteur. L’étude s’est déroulée de février à septembre 1999 à Niamey dans les quartiers Boukoki, Gawèye et Talladjé. Elle a connu deux phases, à savoir : (a) une enquête dans les structures de santé (de février à juillet 1999) ; et (b) une enquête auprès de familles démunies (d’août à septembre 1999). Le présent rapport comprend un exposé sur le déroulement méthodologique des enquêtes dans les centres de santé et auprès des ménages, les principaux résultats concernant ces deux phases de recherche et quelques pistes de réflexion. L'étude socio-anthropologique a débuté par les traditionnelles démarches administratives. Après le recrutement, mi-janvier, trois enquêteurs, des étudiants de niveau licence en sociologie, ont d'abord été formés à la méthode d'enquête et sensibilisés sur les fondements et les objectifs de l'étude engagée. Ils ont, ensuite, suivi un stage d'initiation pratique à l'enquête d'anthropologie urbaine, et particulièrement au protocole ECRIS (enquête collective rapide d’identification des conflits et des groupes stratégiques) ; c'était à l'occasion d'une étude menée par notre équipe sur la drépanocytose avec la collaboration du Dr Youssouf Gamatié de la Faculté des sciences de la santé de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Cette initiation s'est déroulée au service de pédiatrie A de l'hôpital national de Niamey. Au début du mois de février 1999, les démarches administratives auprès des autorités municipales et des districts sanitaires ont été menées avec l'aide de la Direction de la Santé de la Communauté Urbaine de Niamey (DSCUN). Cela a permis pour la suite aux enquêteurs de prendre contact directement avec les médecins – chefs, les responsables des centres médicaux ainsi que les chefs de quartiers. Trois sites avaient été retenus : Gawèye dans la commune III, Talladjé dans la commune II et Boukoki dans la commune I. Avant ces contacts directs entre enquêteurs et autorités, le coordinateur national, accompagné à chaque fois par l'enquêteur désigné pour la commune, a effectué les présentations auprès des administrateurs délégués ou leurs proches collaborateurs. Les trois enquêteurs ont, enfin, procédé à une enquête dite de repérage : visite des centres médicaux, recueil de la documentation sur la situation sanitaire de la commune, point sur la situation générale de la commune. A la suite de toutes ces démarches, un programme de travail a été élaboré en tenant compte de l’évolution des deux autres volets de recherche, particulièrement le volet socio-économique qui n’en était qu’à sa mise en place. Ainsi, l’enquête dans les centres de santé devait-elle être conduite avant l’enquête dans les ménages, de manière à ne pas perdre du temps en attendant le démarrage du volet socio-économique.

Télécharger toute l'étude en cliquant ici