Etudes & Travaux
Contactez-nous
LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local. BP: 1383 Parakou Bénin, Tél (229) 23 10 10 50
LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local. BP: 12901, Tél (227) 20 72 37 80, Niamey (NIGER)

LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local

Siège LASDEL (NIGER - Niamey)

Le LASDEL est un laboratoire nigérien et béninois de recherche en sciences sociales, menant des travaux qualitatifs à base empirique (enquêtes de terrain de type socio-anthropologique), selon des normes de qualité internationale, fondé en 2001 à Niamey (Niger), puis étendu en 2004 à Parakou (Bénin).  Lire la suite...

 

Le LASDEL a un nouveau Directeur Scientifique: 

L’assemblée générale de février 2021 a élu Hamani Oumarou au poste de Directeur Scientifique du LASDEL.

Enseignant Chercheur à l’Université Abdou Moumouni de Niamey, Hamani Oumarou a longtemps occupé le poste de Secrétaire Général du LASDEL. Il est impliqué dans plusieurs programmes de recherches du laboratoire menés aussi bien au Niger qu’à l’extérieur.

En 2018, il est lauréat du prix de la Fondation Croix Rouge Française.

Sa vision : « décloisonner la recherche au sud et promouvoir les jeunes chercheurs ».

Dr Hamani Oumarou DS

Zoom sur le LASDEL

Le LASDEL se veut un pôle d’excellence à vocation sous régionale dans les domaines de la recherche et de la formation en sciences sociales. Il s’est donné pour missions principales :
• de mener des recherches empiriques de qualité sur des thématiques ayant un intérêt à la fois scientifique et social,
• de contribuer au renforcement des capacités des universités africaines en matière de recherche
• de former des étudiants à la recherche par la recherche
• d’engager le dialogue avec les acteurs de l’action
• d’alimenter le débat public à partir des résultats de la recherche • de mener une politique active de publications Quatre principales activités y sont menées :
• la production des connaissances à partir des recherches empiriques sur diverses thématiques
• les formations (formation à la recherche, université d’été, formation en enquêtes collectives, partage des résultats de recherche avec les praticiens)
• les animations scientifiques (séminaires des sciences sociales, séminaires doctoraux, atelier et séminaires internationaux) • les publications (Etudes et Travaux du LASDEL, Editions du LASDEL, numéros spéciaux de revues, ouvrages collectifs, articles scientifiques individuels des chercheurs).

Sur la base des décisions issues du conseil des ministres du 13 Avril 2001, qui prône la communalisation intégrale, une sorte de “ laboratoire de la décentralisation  ” a été mis en place dans certaines régions du pays, en l’occurrence à Mayahi et à N’guigmi, appuyées à cet effet par le PADL (Projet d’Appui au Développement Local : PADL-M pour Mayahi et PADL-N pour N’guigmi), lui-même s’inscrivant dans le contexte global du Programme Cadre de Lutte Contre la Pauvreté (PCLCP). N’guigmi faisant partie des régions les plus pauvres du Niger, une anticipation du processus de la communalisation a été jugée nécessaire afin d’atténuer les effets pervers qu’aurait pu produire une décentralisation effective, réalisée sans transition.  L’arrondissement de N’guigmi est subdivisé en quatre communes : la commune urbaine de N’guigmi et les communes rurales de Bosso, Kabléwa et N’gourti. C’est sur cette dernière que s’appuie la présente étude. Il s’agit d’évaluer les effets de cette mutation sur les dynamiques politiques du pouvoir local, de la démocratie à la base, et des rapports entre pouvoirs locaux et projets de développement d’une part, et entre pouvoirs locaux et services techniques d’autre part. Nous présenterons dans la première partie l’aire d’étude et sa configuration socio-politique et économique actuelle, avec en arrière-plan, des études des cas. Nous analyserons ensuite le processus de la décentralisation ainsi que la perception qu’en ont les acteurs locaux. Enfin, nous dégagerons des indicateurs qualitatifs pouvant servir de support à des enquêtes à venir. Cette enquête est de type socio-anthropologique, privilégiant la collecte des données qualitatives de terrain. Elle a été lancée selon la procédure ECRIS   qui combine enquête collective intensive et enquête individuelle plus longue, donc plus approfondie. Sa phase collective a regroupé à N’gourti, du 23 au 27 Septembre 2001, 13 chercheurs (aussi bien des débutants que des seniors rompus à la pratique) . Cette première étape a permis de formuler des hypothèses de recherche et dresser une liste d’indicateurs de base qui ont favorisé la réalisation de la phase individuelle menée pendant 3 semaines (du 28 septembre au 18 octobre inclus) par deux personnes (un chercheur et un assistant de recherche). Cette enquête individuelle s’est déroulée à N’gourti, pour une bonne partie (deux semaines), à N’guigmi (le chef-lieu d’arrondissement) et à Mitimé, un campement abritant un groupement et une tribu indépendante (cf. infra). Ces deux principales étapes ont été précédées par une réunion préparatoire ayant servi au lancement de l’enquête, à la présentation de certaines données monographiques sur le site d’enquête, et à la détermination provisoire des “ groupes stratégiques ”. A chaque étape (collective et individuelle) de l’enquête, les différents chercheurs ont recouru aux observations et aux entretiens. Ces derniers ont pour, l’essentiel, été enregistrés et transcrits. Télécharger toute l'étude ici

Etudes & Travaux

Kiosque du LASDEL

RECEVOIR LES INFORMATIONS DU LASDEL

Inscrivez-vous pour recevoir directement par mail l’actualité, les études, les formations et toutes les autres informations utiles.
NB : Votre adresse électronique ne sera pas utilisée pour des spams ou de la publicité.