Cette étude a pour objectif de comprendre le fonctionnement de deux directions départementales à travers une analyse des points suivants : la gestion des ressources (humaines et matérielles) ; les relations avec l’Etat à travers les financements, et la question des affectations et des avancements ; les relations avec les communes à travers les financements, les prestations et les passations des marchés ; les interactions avec les usagers et les partenaires techniques et financiers. Il s’agit aussi d’analyser les différentes perceptions locales, à travers une diversité d’acteurs, en lien avec le service de l’élevage. La question des réformateurs locaux, à travers les actions innovantes qu’ils mettent en place, a aussi été investiguée.

La zone pastorale est un espace très spécifique, en raison entre autres de son potentiel en bétail et de sa superficie, et des difficultés d’accès et de communication. C’est un espace où la présence de l’Etat se fait peu sentir. Le service technique de l’élevage a à sa disposition peu d’agents et peu de moyens logistiques. On se retrouve face à une grande pauvreté de l’Etat dans la délivrance des services et biens publics. En plus, les rapports avec les éleveurs se déroulent dans la méfiance. La complexité des relations tient aussi à la nature du contexte pastoral qui en fait un cadre où certains agents bénéficient de faveurs de la part des éleveurs, dues à la qualité de leur travail, à leur disponibilité pour se déplacer peu importe l’éloignement, à leur capacité à travailler à tout moment, de façon rapide et efficace, etc.

Un autre fait important concerne les moyens de déplacement, car, en zone pastorale, la question de l’accessibilité est un impératif absolu. L’éloignement et la difficulté du terrain posent problème. Beaucoup de villages sont composés de hameaux distants les uns des autres.

Sur le plan méthodologique, la collecte des données s’est basée sur la méthode qualitative, combinant des entretiens semi-directifs avec les acteurs des groupes stratégiques concernés et des observations sur l’état des infrastructures, la gestion du personnel et des biens du service, les pratiques de certains agents, l’ingérence du politique.

 

Télécharger toute l'étude en cliquant ici