Etudes & Travaux
Contactez-nous
LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local. BP: 1383 Parakou Bénin, Tél (229) 23 10 10 50
LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local. BP: 12901, Tél (227) 20 72 37 80, Niamey (NIGER)

LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local

Siège LASDEL (NIGER - Niamey)

Le LASDEL est un laboratoire nigérien et béninois de recherche en sciences sociales, menant des travaux qualitatifs à base empirique (enquêtes de terrain de type socio-anthropologique), selon des normes de qualité internationale, fondé en 2001 à Niamey (Niger), puis étendu en 2004 à Parakou (Bénin).  Lire la suite...

 

Zoom sur le LASDEL

Le LASDEL se veut un pôle d’excellence à vocation sous régionale dans les domaines de la recherche et de la formation en sciences sociales. Il s’est donné pour missions principales :
• de mener des recherches empiriques de qualité sur des thématiques ayant un intérêt à la fois scientifique et social,
• de contribuer au renforcement des capacités des universités africaines en matière de recherche
• de former des étudiants à la recherche par la recherche
• d’engager le dialogue avec les acteurs de l’action
• d’alimenter le débat public à partir des résultats de la recherche • de mener une politique active de publications Quatre principales activités y sont menées :
• la production des connaissances à partir des recherches empiriques sur diverses thématiques
• les formations (formation à la recherche, université d’été, formation en enquêtes collectives, partage des résultats de recherche avec les praticiens)
• les animations scientifiques (séminaires des sciences sociales, séminaires doctoraux, atelier et séminaires internationaux) • les publications (Etudes et Travaux du LASDEL, Editions du LASDEL, numéros spéciaux de revues, ouvrages collectifs, articles scientifiques individuels des chercheurs).

L’aide humanitaire face à l’insécurité alimentaire prend des allures et des formes diversifiées. Au Niger, les aides de type « cash for work » ou « food for work » sont bien connues et existaient depuis bon nombre d’années. Il s’agit d’aides avec contreparties qui sont données par des ONG/projets et parfois par l’Etat. De même les ventes à prix modérés et les distributions de vivres gratuits sont utilisées à vaste échelles en période de crise. Cependant, un nouveau type apparait dans la sphère de l’aide humanitaire : le « cash transfer ». Cette assistance en argent à destinations de ménages vulnérables est faite soit en permanence (projet « filets sociaux ») soit en périodes dites d’urgence par des institutions d’aide, et a pris corps dans les années 2005. La première fut l’œuvre de la Croix Rouge Britannique dans le département de Tanout. Avec les crises de 2010-2011 et 2012, les projets, les ONGs et même l’Etat, qui était au départ réticent, s’y mettent. Recevoir de l’argent sans conditionnalité est rarissime et très apprécié par les bénéficiaires. Cependant, le principal goulot d’étranglement réside au niveau du ciblage des bénéficiaires qui est une sphère d’exclusion et de mécontentements. Les avis sont mitigés en ce qui concerne les opérations inconditionnelles de « cash transfer » et certains de ses opérateurs (cas du PAM) sont en train d’évoluer vers une autre forme de cash qu’ils appellent « cash for assets » qui est une version « relookée » du « cash for work ».

 

Télécharger toute l'étude en cliquant ici

Etudes & Travaux

Kiosque du LASDEL

RECEVOIR LES INFORMATIONS DU LASDEL

Inscrivez-vous pour recevoir directement par mail l’actualité, les études, les formations et toutes les autres informations utiles.
NB : Votre adresse électronique ne sera pas utilisée pour des spams ou de la publicité.