Ce texte est le résultat d’une recherche menée dans le cadre des activités du groupe de recherche « gouvernance locale » du programme Pouvoir et Politique en Afrique (APPP) du LASDEL financé par le Département du Ministère du développement international du Royaume-Uni (DFID) et par le Ministère des Affaires Etrangères Irlandais (Irish Aid). Depuis une décennie, le leitmotiv des décideurs politiques est la généralisation de l’accouchement médicalement assisté dans toutes les contrées du pays. Mais dans les faits, les femmes enceintes et leurs familles n’ont pas pour seuls option de se rendre dans les structures de santé. Bien souvent l’accouchement se passe à domicile. C’est pourquoi notre recherche vise à étudier à la fois la prise en charge de l’accouchement médicalement assisté et de celui qui se passe à domicile. Autrement dit, la prise en charge de l’accouchement, considérée comme une délivrance de bien public, inclut aussi bien les dispositifs officiels publics, mais également les modes locaux d’accouchement élaborées au sein de la communauté. Notre travail est essentiellement qualitatif, s’attachant à décrire et à analyser, au sein de chacun des groupes stratégiques d’acteurs, les manières de dire et de faire autour de l’accouchement. Nos enquêtes se sont déroulées dans trois communes du Niger : Say, Balleyara et Guidan Roumji.

 

Télécharger toute l'étude en cliquant ici

 

Télécharger toute l'étude en cliquant ici