Etudes & Travaux
Contactez-nous
LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local. BP: 1383 Parakou Bénin, Tél (229) 23 10 10 50
LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local. BP: 12901, Tél (227) 20 72 37 80, Niamey (NIGER)

LASDEL: Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local

Siège LASDEL (NIGER - Niamey)

Le LASDEL est un laboratoire nigérien et béninois de recherche en sciences sociales, menant des travaux qualitatifs à base empirique (enquêtes de terrain de type socio-anthropologique), selon des normes de qualité internationale, fondé en 2001 à Niamey (Niger), puis étendu en 2004 à Parakou (Bénin).  Lire la suite...

 

Zoom sur le LASDEL

Le LASDEL se veut un pôle d’excellence à vocation sous régionale dans les domaines de la recherche et de la formation en sciences sociales. Il s’est donné pour missions principales :
• de mener des recherches empiriques de qualité sur des thématiques ayant un intérêt à la fois scientifique et social,
• de contribuer au renforcement des capacités des universités africaines en matière de recherche
• de former des étudiants à la recherche par la recherche
• d’engager le dialogue avec les acteurs de l’action
• d’alimenter le débat public à partir des résultats de la recherche • de mener une politique active de publications Quatre principales activités y sont menées :
• la production des connaissances à partir des recherches empiriques sur diverses thématiques
• les formations (formation à la recherche, université d’été, formation en enquêtes collectives, partage des résultats de recherche avec les praticiens)
• les animations scientifiques (séminaires des sciences sociales, séminaires doctoraux, atelier et séminaires internationaux) • les publications (Etudes et Travaux du LASDEL, Editions du LASDEL, numéros spéciaux de revues, ouvrages collectifs, articles scientifiques individuels des chercheurs).

A partir du début des années 1990, les bailleurs de fonds ont incité les gouvernements successifs du Niger à se mettre sur la voie de la décentralisation. Au terme d’un long processus préparatoire, la décentralisation a finalement été mise en oeuvre. Après la première expérience manquée des élections locales de 1999 et le coup d’Etat qui s’en est suivi, il a fallu attendre 2004 avant que de nouvelles élections locales soient organisées et que la première étape consistant en l’installation des communes soit atteinte. Ce temps d’attente a été mis à profit par certains groupes d’acteurs sociaux pour se réapproprier la réforme, et notamment les chefs traditionnels et les ressortissants. Au Niger chacun voulait sa commune et au terme de longues tractations beaucoup l’ont obtenue. 265 communes recouvrant l’intégralité du territoire nigérien ont ainsi été créées. Parmi ces créations, le cas de la communalisation de Gorouol et Bankilaré s’est très tôt posé comme particulier et conflictuel (la « commune sans territoire de Bankilaré » cf. Hahonou, 2002). Cette particularité s’est prolongée jusqu’aux élections de juillet 2004 qu’il fallut reprendre en octobre de la même année du fait des irrégularités qui avaient caractérisé le premier scrutin. Pourtant au-delà des spécificités de ces deux communes, « il y a beaucoup de Gorouol et Bankilaré au Niger » disent les autorités nationales en charge de la décentralisation, à l’heure d’un premier bilan.

Télécharger toute l'étude en cliquant ici

Etudes & Travaux

Kiosque du LASDEL

RECEVOIR LES INFORMATIONS DU LASDEL

Inscrivez-vous pour recevoir directement par mail l’actualité, les études, les formations et toutes les autres informations utiles.
NB : Votre adresse électronique ne sera pas utilisée pour des spams ou de la publicité.